Excellence Rhum : 4 Rhums de haut niveau

4 Nouveautés chez Excellence Rhum :

 

Excellence rhum

Le site de vente en ligne spécialisé dans le rhum se lance dans l’embouteillage. Quatre références au menu :

Notes de dégustation officielles

  • Diamond 2005/2017    60.1%

AU NEZ : Floral et végétal, des notes d’épices chaudes et de fruits exotiques frais.

EN BOUCHE : Une explosion en bouche avec un bouquet de fleurs capiteuses et des notes minérales.

LE FINAL  : Bel équilibre sur une finale très longue, légèrement fumée et réglissée

  • Bellevue 1998/2017    59.9%

    AU NEZ : Un nez puissant, très riche, avec des notes de fruits secs, bananes séchées et pruneaux.

    EN BOUCHE : Attaque intense, sur des notes grillées et empyreumatiques, pointe acidulée et fraîche grâce aux délicates notes d’agrumes.

    LE FINAL : Belle persistance aromatique sur des notes torréfiées et de vanille avec un boisé qui sublime ce rhum d’exception.

 

Hampden LROK 2000/2017    54.6% 195 bouteilles

AU NEZ : Un nez concentré à la fois fruité et floral. Grande complexité qui demandera une aération pour y déceler des notes d’épices douces, de noix et d’agrumes.


EN BOUCHE : Confirmation au nez avec des arômes plus chaud presque fougueux. On retrouve l’ananas et la banane sur un milieu de bouche bien marqué.
LE FINAL : Belle persistance aromatique sur les fruits tropicaux et franches notes minérales.

Vieillissement tropical 20% continental 80%

 

  • Foursquare 2006/2017   62.8%  210 bouteilles

    AU NEZ : Légèrement boisé, floral et épicé le nez se montre gourmand près quelques minutes d’aération.

EN BOUCHE : Onctueux et gourmand, épicés à souhait avec des notes de fèves de cacao, sucre de canne roux et fruits cuits.


LE FINAL
: Capiteux, sucré et d’une persistance sur les fruits tropicaux, subtiles notes épicées.

Vieillissement tropical 20% continental 80 %

Pour son premier embouteillage, Excellence Rhum réussit, selon moi, un tour de force, en sélectionnant des distilleries de prestige, en apportant une traçabilité sur le vieillissement de ses embouteillages (pourcentage du vieillissement tropical et continental), ce qui est essentiel aujourd’hui. Sans oublier un packaging réussi, qui comblera le collectionneur qui pourra disposer fièrement sa bouteille en vitrine.

Nouveautés The Whisky Agency en Rhum

Le très vénérable embouteilleur allemand, réputé pour ses whiskys, a sorti quelques nouveautés en Rhum :

Gyuana Uitvlught 1990 25 ans 49,7% 248 bouteilles Joint Bottling with Heads & Tails :

Uitvlught est une distillerie fermée, dont les quatre alambics ont été transférés en 1999 dans la distillerie Diamond. The Whisky Agency nous propose ici une version 25 ans à 49,7%, âge minimum nécessaire à Uitvlught en vieillisement continental pour calmer la puissance de son distillat. Une version à goûter…

 

Trinidad 1991-2016 signle cask 25 ans 51,7%  179 bouteilles Joint Botling with Three River Tokyo :

On ne sait s’il s’agit d’un Caroni ou non, malheureusement. Je suppose que non, vu le prix de sortie « relativement faible ». Son intérêt reste qu’il s’agit d’un Joint bottling, un partage de fût avec un autre embouteilleur nommé Three River Tokyo, embouteilleur japonais assez rare en Europe.

 

 

Haïti Barbancourt 2004-2016 12 ans 49,2 % 154 bouteilles Joint Bottling with Heads & Tails :

Haïti… le pays du rhum et du Clairin. BARBANCOURT, qui utilise du pur jus de canne pour l’élaboration de ses rhums, plaira aux amateurs de rhum martiniquais et guadeloupéen. Son âge de 12 ans est un plus, sachant que la cuvée la plus ancienne élaborée par la maison est de 15 ans .

Dégustation Eiling Lim

Petite dégustation Eiling Lim 

 

       Tenessee Whisky 51,5% :

Je suis étrangement interpellé par ce nez ! Le seigle est pour moi très dominant, avec un côté sec et des notes de solvant. L’orange, la menthe et la vanille complètent ce nez.

A la fois sec et rond, ce « tenessee whisky » se joue de nous. Le maïs en toile de fond laisse apparaître des notes d’orange, de vanille et de boisé. La finale est moyennement longue, mais agéable.

Assez étonnant finalement cet américain : de la complexité, de la rondeur, un « Tenessee whisky » alliant la gourmandise et une personnalité, moi j’aime ! vraiment intéressant … Jolie trouvaille, Eiling!

Note 86

        Bessie’s dram 51,3%  :

Venons chez Bessi’s dram maintenant. C’est la grande mode des jeunes Islay chez les indépendants en ce moment… La jeunesse de sa tourbe saute au nez.  Une jolie cendre froide s’en dégage, avec cette touche de citron typique Caol Ila. L’iode plus en retrait complète le nez.

En bouche, la fumée est toujours bien présente.  Malgré une belle puissance de tourbe, elle reste d’une belle finesse. La finale toujours sur la fumée est plutôt longue.

Un Caol Ila de bonne facture malgré sa jeunesse. J’ai beaucoup aimé cette cendre froide. Il gagne vraiment à être ouvert à l’avance….

Note : 85

   Glenrothes 1997  50,2% 

 

Un nez très charmeur de fût de sherry en Pedro Ximenez nous met tout de suite dans l’ambiance: des arômes de cuir, de chocolat noir, d’orangette, lui donnent un nez très exubérant. Après un nez très qualitatif, on se dit toujours : j’espère que la bouche va être à la hauteur ! et là…

Bingo! De la rondeur, une jolie finesse; ces arômes de chocolat, de cuir et d’orangette sont toujours présents, c’est gourmand à souhait et sans tomber dans l’excès du « jus de bois ». Ce Glenrothes 1997 opulant ne perd pas pour autant sa classe et nous déroule son art sans fausse note.

Un grand Glenrothes pour moi, surtout pour les amateurs de Sherry. J’avais vraiment apprécié celui de North Star, mais là on est clairement un cran au-dessus. Il a tout d’un grand whisky…sauf le prix ! ( env 149 €). Un véritable coup de coeur.

Note : 92