Benjamin Kuentz Dégustation

J’ai eu aujourd’hui le plaisir de déguster 2 whiskys français réalisés par Benjamin Kuentz, qui m’a gentiment adressé des échantillons.
Je suis toujours un peu dubitatif sur les whiskys français, non pas parce qu’ils sont de mauvaise qualité, mais parce qu’il leur manque souvent un petit palier pour vraiment jouer dans la cour des grands. J’ai souvent entendu l’argument de l’âge pour expliquer cela. Peut-être, mais pourquoi des distilleries comme Kilchoman ou Chichibu arrivent à sortir des whiskys plutôt jeunes,mais de très bonne facture?
(D’un) verre Printanier 46%

Au nez :

Copyright W.Beaucardet
Le nez est très expressif, sans agressivité aucune. La poire est très très présente, une petit note céréalière arrive en arrière plan. Une belle fraîcheur égaie le nez. C’est très agréable, pas d’une grand complexité, mais c’est direct et intense.
En bouche :
Toujours sur cette poire justeuse… La rondeur apporte un peu de gourmandise à ce whisky. L’alcool est un peu plus présent, sans pour autant déséquilibrer l’ensemble. C’est très bien fait, léger et très agréable; il manque juste une petite pointe de complexité pour moi. La finale est longue, avec une poire qui reste persistante. Je suis agréablement surpris.
Conclusion :
J’imagine bien ce whisky en apéritif. Un petit verre dehors avec ce petit rayon de soleil qui nous réchauffe au printemps… Un whisky frais, léger, agréable, qui manque certes un petit peu de complexité- je pense aussi que c’est un peu jeune- mais c’est quand même très bien fait. Un joli coup d’essai, Mr Kuentz!
Note : 82
rapport qualité prix :  /4
Prix : env 54€
Fin de partie 46%

Au nez :

Copyright W.Beaucardet
Le profil est bien différent du premier; on est plus sur le fruit confit avec un léger boisé qui apporte une note légèrement épicée, le rendant un peu plus chaleureux.
En bouche :
Il reste très bien équilibré même si la dilution se fait un peu sentir à mon goût. On reste dans la même lignée que le nez: le fruit confit, un côté un peu animal, des épices, du chocolat et une note boisée. Ça reste léger, facile à boire. Plus complexe et structuré que (D’un) verre printanier.

 

Conclusion :                                                                                  Davantage portée sur des notes chaudes, Fin de partie joue la carte de fins de soirée, celles où l’on refait le monde devant un feu de cheminée. C’est plutôt réussi dans l’ensemble, un style différent de la cuvée (D’un) verre printanier. Un whisky élégant.

Note : 83
rapport qualité prix :  /4
Prix : env 59€
Pour ses deux premières cuvées, Benjamin Kuentz propose quelque chose de véritablement intéressant. Les débuts sont prometteurs et je pense qu’il va falloir surveiller ce Monsieur, car il y a quelque chose dans le verre, c’est indéniable !

Neisson Profil 105… Au fil de l’eau

Une belle fin de journée m’emmène au bord de la plage. Lors d’un passage dans une cave, je tombe sur un Neisson Profil 105. J’ai entendu beaucoup de bien dessus, je me laisse alors tenter…
Le nez :
Immédiatement, on sent qu’il a quelque chose de particulier. Un nez de fruits rouges, de miel, de vanille, le tout formant un ensemble très gourmand. Par la suite, la vanille prend le dessus, un joli boisé apparaît avec une touche d’épices.
En bouche :
L’élégance semble être son maître mot. Ne manquant pas de panache grâce à ses 54,2%, il n’en perd pas pour autant son équilibre. Des notes de caramel, d’orange et de vanille lui donnent une petite note sucrée. Une note de fumé apparaît, j’ai cette sensation d’une carbonisation du fût un peu plus importante. Pour finir, la canne fraîche contre-balance cette petite note sucrée, permettant un bon équilibre à cette cuvée. On se laisse doucement bercer juqu’à une finale longue et chaleureuse. C’est gourmand, tout en étant distingué.
Conclusion :
Neisson réussit un tour de force avec cette cuvée. Aussi bien au nez qu’en bouche, aucune fausse note ne vient gâcher la fête.
Un excellent rapport qualité prix, alliant classe et gourmandise.
note : 89
rapport qualité prix :  /4

 

Prix env 50€