Rhum Fest 2018

Cette année, beaucoup beaucoup de monde pour cette édition 2018 du Rhum Fest, tout du moins sur la journée du samedi.

La chaleur et le monde n’ont pas permis de goûter énormement de choses, mais en même temps je dois avouer que j’aime bien prendre mon temps pour ce genre d’exercice alors je me suis concentré sur certains, et ai délaissé les JM/ HSE/ Depaz…: trop de monde à ces stands. Je regrette juste de n’avoir pu goûter la nouvelle gamme d’Excellence Rhum.

Toutes les notes des rhums dégustés sont en bas de l’article.

 

Longueteau  

Harmonie une nouvelle gamme qui arrive en remplacement du VS/VSOP/2004. Une gamme composé du Prélude 50.3%, Symphonie 49.2%, Concerto 47.2%. Une gamme ou le compte d’âge disparaît. L’ensemble est plutôt bien réalisé pas de fausse note, avec trois style bien différents.Le prélude qui est bien marqué par la canne à sucre et le toasté, le Symphonie que je trouve le plus « harmonieux » elle était facile celle-là ! des petites notes de fruits rouges de la complexitée, sans perdre en élégeance et les  49.2 % apporte le petit tonus pour en faire un rhum complet, il a ma préférence. Et le concerto assemblage de très vieux rhum sur des notes de fruits mûres et un nez empyreumatiques.

L’esprit
C’était une de mes cibles prioritaires cette année et j’ai bien eu raison.
Présentation de la gamme L’esprit blanc avec trois cuvées : Martinique, Port Mourant et Fidji. Le Martinique n’a pas pour moi grand intérêt, rien de très bluffant à vrai dire, trop classique et rien qui ne le distingue de la concurrence. Dans le Port Mourant, on retrouve un côté boisé, de la douceur, de la rondeur. C’est équilibré, l’alcool est bien maîtrisé et le nez intéressant. Le Fidji, enfin, présente un profil assez jamaïcain, avec une petite note iodée, une belle longueur: j’adore!  Des trois, c’est celui que je préfère.
Je ne connais pas les tarifs de ces cuvées, mais selon ceux-ci, il peut être intéressant de se pencher dessus.

 

Il y avait aussi deux autres cuvées :
Un Worthy Park 2007- 240 bouteilles, fût BB49- et un Beenleigh 3 ans 78%.
Pour moi, ce sont deux très belles réussites.  Le Worthy Park, assez atypique, est moins expressif au nez qu’un Worthy Park classique, avec toutefois plus de complexité. La bouche est superbe, avec des notes chaudes de charbon, de cendres, de fruits confits, c’est vraiment excellent ! La finale est longue et chaleureuse. Une belle réussite que cette édition de Worthy Park.
Quant au Beenleigh, je n’avais pas encore eu l’occasion de déguster une version de cette distillerie australienne; c’est désormais chose faite, et ça en valait le détour.  Un trois ans d’âge à 78%… oui, ça fait peur sur le papier ! Mais c’est pour moi une bien belle réussite. Sa jeunesse n’est pas tellement perceptible; on sent une concentration d’arômes en bouche qui, avec un peu plus d’aération et une goutte d’eau, devrait être plus « lisible ». N’ayant pas pu réellement bien dompter ce rhum dans ces conditions de dégustation, il est certain que je me pencherai davantage sur cette cuvée lorsqu’elle sera sortie car ça a été une belle surprise pour moi!
J’ai eu aussi l’occasion de goûter le premier embouteillage de l’Esprit, un travellers, ainsi que la version éditée à l’occasion des 10 ans du magasin de Rennes. Pour les deux, on a une belle puissance arômatique au nez, une bouche très gourmande, typique des Travellers, c’est très bien fait. La cuvée anniversaire est pour moi au-dessus, clairement. J’ai eu la petite surprise aussi de goûter le distillat du fameux Black Rock. Et là, attention, un petit monstre, vraiment magnifique, puissant, et tout en finesse!
Savanna 
Savanna fait figure d’OVNI pour moi; impressionné par son Herr, cette distillerie réunionnaise m’avait tapé dans l’oeil au dernier whiskylive. On aime ou on n’aime pas, mais moi j’adore ! Le Herr n’était pas disponible, la version Chai Humide non plus, je me suis donc laissé tenter par la version 2006 50.8% vieillie en fût de Cognac et finition en fût de Herr. Fruit exotique au nez, boisé en bouche, la finition en fût de Herr se fait un peu sentir. C’est très sympa, on est loin de la puissance et de la fougue du Herr, mais on a quelque chose de plutôt bien fait et un peu atypique. A noter, le 10 ans de la gamme classique, intéressant pour son fruité exotique ananas.
TCRL 
Présentation du nouveau Fidji 2014 et Panama 2008 et Guyana 2004.
Loin d’être exceptionnelle, cette gamme permet de faire connaître au public différents profils, et a au moins le mérite de jouer la transparence sur le vieillissement (continentale ou tropical).
J’ai été assez déçu par le Fidji 2014, contrairement au précédent 2009 qui m’avait tapé dans l’oeil. Là le profil est beaucoup moins jamaïcain… il me fait plus penser à la version de la Compagnie des Indes sortie il y a 2 ans, avec des notes d’iode et de canne à sucre fraîche. Même si l’ensemble est correct, ça manque de personnalité et j’ai un peu l’impression qu’on a baissé les degrés pour faire un peu plus de volume… Le Guyana me semble un peu plus sympa que la version précédente qui m’avait laissé de marbre. Je le trouve plus exhubérant aussi bien au nez qu’en bouche. Sans avoir vraiment accroché, il a le mérite de proposer un style, contrairement à son prédécesseur. Concernant le Panama j’ai passé mon tour cette fois…
Velier 
Présentation de la gamme Clairin et du Foursquare Principia.
Le nouveau Clairin « Le Rocher » est pour moi celui qui ressort le plus du lot avec un style bien particulier : doux, suave, avec un nez bien expressif, vraiment une petite gourmandise que ce Clairin! En revanche, je n’ai pas vraiment accroché sur les deux cuvées de Clairin vieillies; à mon sens, le vieillissement n’est pas tellement bénéfique aux cuvées et a tendance à plutôt leur faire perdre l’essence même de leur personnalité. L’idée était intéressante mais je ne suis pas convaincu par le résultat, on y perd la fraîcheur des Clairin et la complexité.
Pour le Foursquare Principia, c’est bon c’est vrai, c’est gourmand, concentré, complexe, mais il n’y a vraiment pas de quoi se jeter dessus ! Le syndrome de la bouteille noire de chez Velier se confirme. Tout le monde s’arrache ces bouteilles, peu importe finalement ce qu’il y a dedans…
Fortin
Petit arrêt chez Fortin, histoire de goûter. Petite surprise, c’est sympa; rien de transcendant, mais un rhum plutôt marqué par le fût qui lui apporte un peu de complexité et de personnalité, ça se boit assez facilement, sans tomber dans l’excès de sucre; c’est léger mais pas neutre.
Chamarel
Je me suis dirigé à ce stand car à ce moment là personne… et regoûter des classiques, c’est toujours intéressant. Trois versions dégustées: VS, VSOP, XO. Dans l’ensemble, ce sont plutôt des rhums accessibles, faciles à boire, bien équilibrés. L’intérêt pour moi sur ces versions réside au nez, avec des notes d’encens et d’épices. C’est très agréable et cela leur apporte une personnalité. Celui que je trouve le plus abouti est le VSOP, harmonieux avec un peu de caractère.
Bristol
Petit tour chez Bristol, un embouteilleur indépendant qu’il me tardait d’aller goûter. Mise en bouche avec le mauritius 5 ans 43%. Bonne mise en bouche car honnêtement c’est un rhum bien sympathique pour, je pense, un budget raisonnable. C’est bien parfumé aussi bien au nez qu’en bouche, du caractère en bouche, de la fraîcheur et une finale bien maîtrisée vraiment sympa.
J’ai également pu goûter un Jamaïcain très agréable, le Worthy Park: frais, sur les fruits exotiques, gourmand. Un bon jamaïcain qui n’est pas dans l’excellence mais qui fait partie des très bons.
La surprise est venue du Sancti Spiritus 2003 43%, une version magnifique avec une petite note d’hydrocarbure. Le Sherry lui donne ce côté un peu sec et beaucoup d’élégance… C’est parfaitement maîtrisé. L’un des plus beaux rhums dégustés ce jour là au Rhum Fest…

Les notes :

  • L’Esprit blanc Martinique : 72
  • L’Esprit blanc Port Mourant : 82
  • L’Esprit blanc South Pacific : 84
  • L’Esprit Worthy Park 2007 BB49  55% : 92
  • L’Esprit Beenleigh 78% : 89
  • L’Esprit Travelers 2007 cuvée anniversaire 66,1% : 90
  • Longueteau Prélude : 83
  • Longueteau Symphonie : 87
  • Longueteau Concerto : 86
  • Fortin : 81
  • Chamarel VS : 78
  • Chamarel VSOP : 82
  • Chamarel XO : 80
  • Clarin Le Rocher : 86
  • Clarin   ANSYEN whisky cask : 81
  • Clarin  ANSYEN ex fût caroni : 82
  • Foursquare Principia : 87
  • TCRL Fidji 2014 : 78
  • TCRL Guyana 2004 : 82
  • Cane Island Trinidad  8 ans : 80
  • Cane Island Nicaragua 12 ans : 81
  • Cane Island Barbados : 80
  • Cane Island Blend Jamaica : 82
  • Bristol Mauritius 5 years old : 82
  • Bristol jamaïca 2007/2015 43% : 86
  • Bristol 2003 Sancti Spiritus 43% : 90
  • Bristol Barbade 2004 43% : 83
  • Savanna 10 ans 2006 50.8% : 84
  • Savanna 2005 tradionnel  10 ans : 80
  • Centenario 20 ans : 76
  • Centenario 25 ans : 78
  • Manutea 50% : 78
  • William Hinton 6 ans whisky cask : 79
  • William Hinton 6 ans madère cask : 82
  • William Hinton natural : 76

 

 

 

 

 

 

 

 

Résumé des dégustations du mois de Mars 2018

Manquant de temps en ce moment pour proposer des dégustations plus détaillées,  voici un petit résumé de ce que j’ai pu déguster dernièrement.

 

Glenrothes 1997 WB 58,8% :

Un très élégant Glenrothes, bien équilibré, sur des notes très Sherry. On est loin d’un Sherry monster. Mais un whisky accessible et qui brille par son excellence.

Note : 88

Rapport qualité prix :  /4

Ardmore Provenance Young&Feisty 46 %

Très iodé à l’ouverture, il évolue par la suite sur des notes tourbées,fumées. C’est jeune, on le sent, mais l’équilibre est là. Sympa, mais un peu simpliste ; néanmoins le prix reste raisonnable.

Note : 80

Rapport qualité prix : /4

Bowmore 15 ans cask 20115 56,7 % Artist 7

Beaucoup d’iode à l’ouverture, il lui faut du temps pour pouvoir déployer sa complexité. Un Bowmore assez étonnant avec plusieurs niveaux de lecture, c’est super bien fait techniquement ! C’est pas le profil de Bowmore que je préfère mais son côté très atypique et sa très belle complexité en font un Bowmore remarquable.

Note : 90

Rapport qualité prix :  /4

Elijah Craig 12 ans 47 % :

J’en avais entendu beaucoup de bien, je confirme. C’est parfumé et gourmand ! Des notes d’épices, de vanille, de caramel. Les 47% sont parfaitement équilibrés, pour le prix c’est vraiment très bien fait.

Note : 86

Rapport qualité prix :  /4

Découverte du Bar Fleming’s Irish Pub à Nantes

Hier soir, un peu par hasard, je me suis retrouvé dans un bar à whisky du centre de Nantes avec un ami.
En rentrant, j’aperçois quelques bouteilles sympathiques: Ben Nevis Signatory, Mortlach 15 ans… ce qui, tout de suite, éveille ma curiosité.
Ouverture de carte; et là, je découvre un Glendronach 2003/2014 pour LMDW à env 15€ le verre ! Banco! Bouteille non ouverte (encore mieux). Je déguste : un vrai bonheur ce petit Glendronach 2003, avec un côté bien Sherry mais tout en équilibre. Je le fais goûter à mon ami qui n’aimait pas le whisky. « Goûte ça,tu vas voir ». Il goûte et me dit « ouais sympa! Mais y a un petit truc en bouche qui me gêne ». Je comprends tout de suite et demande au patron- très aimable-une paille. J’ai bien senti l’incompréhension dans son regard (quel sacrilège va-t-il commettre?!), mais devant mon insistance il me donne gentiment la paille. Je me sers de celle-ci pour mettre une goutte d’eau dans le Glendronach et tend le verre à mon ami. Et là, c’est la révélation pour lui ! Le glendronach prend de la rondeur et gagne en complexité . Le patron comprend mon geste et nous échangeons alors dans une bonne ambiance sur ce Glendronach bien sympathique. 
Emballé par la carte de whiskys et par cette première expérience, je choisis de faire découvrir un autre whisky à mon ami. J’avais vu ce petit Glen Keith 1995 Signatory, et un petit Springbrank 12 ans Cask Strengh. Je dois avouer que le Springbrank a fait son petit effet: ses petites notes fumées, même cendrées, en font vraiment un whisky excellent. Le Glen Keith, en restant tout à fait correct, n’est toujours pas dans mon style; mais son nez aux notes d’herbes fraîches et sa bouche bien équilibrée en font un whisky très facile à boire.
Voilà une très bonne expérience et un bar qui mérite d’être connu, avec un patron super sympa, et heureux de pouvoir partager sur le sujet. Notez bien cette adresse si vous êtes de passage sur Nantes, le lieu est agréable et les prix pour moi très raisonnables.
Adresse : Fleming’s Irish Pub 22 Rue des Carmes, 44000 Nantes.